GR20 : Traversée de la Corse à pied

Quand j’étais encore en Asie Kévin me parle de faire le GR20 début mai dans la neige. Forcement ça me tente et on monte un petit trio pour se lancer dans cette aventure. Les refuges ne sont pas encore ouvert et il y a beaucoup de neige pas endroit, donc il faut s’organiser un minimum pour le matériel et les courses. Crampons, piolet, goretex, féculent, soupes, charcuterie et fromages corses. Heuresement des ravitaillements sont possibles tous les 3 jours en moyenne ce qui limite grandement le poids de nos sacs. Nous voilà parti pour 14 jours et 180km.

Dès le second jour on commence à marcher sur la neige.

L'arrivé sur la crête nous offre une vue magnifique sur la suite du parcours. Après demain on devra passer en plein millieu à l'horizon : le cirque de la solitude.

On était 19 au premier refuge, on est plus que 8 à celui là, certains se sont fait peur sur les passages enneigés.

3ème étape pour arriver au refuge d'Ascu.

Le premier jour ma semelle s'est décollée. Réparation à la cordelette et au fil de fer, mais ça tiens de moins en moins bien. J'arrive à en acheter des nouvelles au refuge d'Ascu mais la qualité est catastrophique, je sens que je vais souffrir sur la suite du GR.

Col perdu, 2183m, l'entrée du cirque de la solitude. Ça y est les 15 autres participants ont abandonnés et nous ne sommes plus que nous trois à continuer. On sent bien la solitude.

Alors que nous sommes en plein milieu du cirque, le plafond nuageux tombe d'un coup et on se prend pluie et brouillard. On essaye de se guider à la boussole, altimètre et carte, mais quelques doutes subsistent. On arrive enfin à la Bocca Minuta, 2218m, sortie du cirque ! Enfin, on espère que c'est bien ça...

Refuge de Tighjettu, on est seul dedans, toutes nos affaires sont trempées mais heureusement il reste du bois pour se réchauffer et tout faire sécher.

4ème étape et arrivé au refuge de Ciottulu di i Mori avec belle vue sur la vallée.

Ce sera notre nuit la plus froide du GR, il fait 4,7 degrés à 19h. On construit un bunker avec les matelas pour essayer de gagner un peu de chaleur.

Arrivée à la brèche de Capitellu. Il y a 3 jours quelqu'un a glissé sur 300m et s'est cassé bras et jambes avant d'être secouru par l'hélico. Pas de crampons ni piolet, la chute ne pardonne pas...

Derrière c'est Vizzavona, la fin de la partie nord "déjà".

Super ambiance menaçante avant d'arriver au refuge de Petra Piana. Mais on double l'étape et on va directement au refuge de l'Onda ce soir.

8ème jour, ça commence à faire mal.

On attaque la partie sud. C'est fini la solitude, il y aura du monde tous les jours dans les refuges maintenant.

Superbe accueil au refuge de Prati. On sympathise avec le gardien et des amis à lui qui étaient monté pour quelques jours. Au après quelques Pietra (bière corse à la châtaigne) ils nous amène la liqueur de myrte maison ! On a oublié la suite ;-)

Punta Della Cappella, 2041m.

Après la cuite de la veille dans le refuge de Prati on ne se sent pas trop en forme. Ils sont terribles ces Corses ils nous font boire alors qu'on est des sportifs !

Ensuite les 4 dernières étapes seront dans la brume, pas génial mais bon on va quand même jusqu'au bout.

Aiguilles de Bavella dans la brume.

Et voilà, 14 jours, 180km, 14000m de dénivelé, puis retour en stop à Calenzana.

Un commentaire sur “GR20 : Traversée de la Corse à pied

  1. Merci pour ces photos et pour la super vidéo et Bravo !
    J’ai pensé à toi cette semaine Yann en allant à la présentation du festival du Grand Bivouac ! un jour t’y seras ! Bises

Pour me faire plaisir, laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.